KaMaïa au FarWest

mardi 14 juillet 2020

Filandière !

IMG_20200710_144106

 Il y a quelques années (heu... en fait... un peu plus que quelques années) (le temps passe vite quand on s'amuse), en bonne tricoteuse-curieuse, je me suis offert un rouet pour pouvoir découvrir un peu ce qui se passait en amont de la pelote à tricoter. J'en avais parlé à l'époque sur mon ancien blog, d'ailleurs.

J'ai appris à "filoter" plus que filer, toute seule, en regardant des vidéos sur internet. Ma tante, fileuse et tisserande en plus de ses talents de potière et céramiste m'avait aussi montré la technique et ensuite je me suis entrainée seule quand j'avais le temps. C'est à dire pas souvent ces dernières années vu que ma vie était un peu beaucoup une course folle.

Et puis il y a quelques semaines j'ai été prise d'une envie soudaine de refaire marcher mon rouet et je me suis aperçue que je n'arrivais pas à filer comme je le voulais, je trouvais mes fils irréguliers, pas propres et j'avais l'impression que mon rouet était devenu un peu bourrin.

Donc je me suis inscrite à un stage de filage en Bretagne, à la fin du confinement. Pourquoi en Bretagne ? Parce que ça n'était pas trop loin et que je pouvais dormir au Petit Paradis puisque mon père n'y est pas en ce moment.
J'ai contacté une dame adorable qui est filandière professionnelle et dont l'époux est feutrier, Brigitte et Bruno, B&B pour les amis.

Ils ont un petit élevage familal d'alpagas avec un mâle, deux femelles et leurs petits dont ils filent et feutrent les toisons. Ils filent également du shetland, ainsi que du mérinos mais ce dernier de moins en moins car ils n'arrivent plus à tracer les laines. Or la traçabilité est très importante pour eux car le secteur de la laine aussi s'est industrialisé avec des mélanges de laines et de toisons chez des grossistes par des éleveurs de masses chez qui les animaux sont maltraités. De ce fait, ils ne travaillent pratiquement plus de laine en provenance d'Australie par exemple.
J'ai bien aimé leur démarche.

Brigitte étant elle-même personne vulnérable au covid-19 m'a reçu avec toutes les précautions requises et j'ai passé 3 jours vraiment super chez eux à ré-apprendre à filer correctement.
Cela m'a obligée à revoir ma gestuelle qui n'était pas correcte, donc à désapprendre puis réaprendre les gestes corrects (pour les connaisseurs, j'avais tendance à "envoyer" de la mauvaise main). J'ai aussi nettoyé les toisons, cardé la laine et même assisté à la tonte des alpagas car le tondeur s'est annoncé à l'improviste le dernier jour.

IMG_20200710_115806 IMG_20200710_115815

IMG_20200710_172941_1 IMG_20200710_121245

J'ai également pu essayer tous les rouets de Brigitte et je me suis aperçue que si je trouvais mon vieux Louet un peu bourrin... c'est parce qu'il l'était devenu pour moi au fur et à mesure que je pratiquais.
En fait, c'est un rouet idéal pour débuter car sa roue pleine est assez lourde, mais avec la pratique, j'étais réellement plus à l'aise avec un rouet à double pédale et roulement à bille.

Je l'ai donc mis en vente pour financer le prochain rouet, que Brigitte m'a confié et qui se trouve être un modèle plus adapté à mon filage plus confirmé aujourd'hui. J'aurais bien conservé mon petit Louet mais on n'a rien sans rien et je voulais vraiment acheter ce nouveau rouet.
C'est un modèle neuf de la marque Kromski qui est vendu à prix totalement rédhibitoire habituellement (surtout pour moi ce mois-ci vu que je viens d'offrir de nouveaux amortisseurs et des pneus arrière à ma voiture) mais que j'ai pu avoir à moitié prix car la personne qui l'avait laissé en dépôt-vente chez Brigitte arrête son activité de revendeuse et me l'a fait au prix coûtant. Il est encore brut et je dois donc m'atteler d'abord à le poncer à la laine d'acier et lui passer petit coup d'huile de lin histoire de le protéger.

Me voici donc vraiment filandière ou en tout cas réellement plus qu'avant !

IMG_20200710_160622

Posté par KaMaia à 15:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 22 mai 2020

L'heure du bilan

bougies(Cette photo fait un peu cérémonie wiccane, mais en fait ce sont bien mes bougies d'anniversaire.)

Ce 22 mai a été une journée plutôt chargée puisque j'ai bravé l'interdiction de voyager dans un autre département et à plus de 100 km pour aller vérifier, à la demande de mon Papa, que le Petit Paradis était toujours debout, que les gouttières n'étaient pas bouchées et qu'aucun frelon asiatique n'avait élu domicile dans un des hangars ou dépendances comme il y a 2 ans.
Il se trouve que j'avais à faire avec CF1 à Lorient (qui était à moins de 100 km à vol d'oiseau) et qu'ensuite, aller retrouver notre vieille longère d'amour ne nous aurait pris que 30 minutes... que nous avons prises.
La maison était toujours debout, les gouttières n'étaient pas bouchées, et à défaut de nid de frelon asiatique, nous avons trouvé une planche cassée sur la porte du hangar bleu (à ne pas confondre avec le "hangar des chevaux" ni avec la "petite dépendance" en jargon familial) qui avait opportunément permis à toute une famille de chauve-souris de s'installer entre deux solives de la charpente.
Comme elles ne venaient pas de Chine, on les a laissées tranquille, d'autant qu'avec elles pour y veiller, il n'y aura aucun nid de frelon cette année.

Il faisait un temps magnifique, nous avons fait la connaissance du couple qui a acheté l'étang voisin et qui était très intéressé pour louer à mon père la prairie et la pinède jouxtant leur nouveau lieu de villégiature et qui sont (hélas) retournés à l'état de jungle, du fait que ni mon père qui avance en âge, ni nous qui sommes surbookés, n'avons le temps d'en faire l'entretien régulier. Or cette jungle intéressait fort le monsieur nouveau voisin car il pratique l'Airsoft.
J'ai transmis la proposition à mon Pôpa qui a sauté en l'air d'horreur à l'idée que sa jungle, paradis des blaireaux, biches, daims, renards et autres sangliers devienne un champ de tir.
Je ne crois pas m'avancer beaucoup en disant qu'il ne la louera pas.

Mais bref, ensuite, il était temps de rentrer au FarWest pour fêter mon anniversaire.
J'ai donc retrouvé ma maison et les enfants qui m'avaient préparé une super soirée d'anniversaire pleine de surprises.

D'abord, la maison était étincelante de propreté et j'ai bien vu que CF2 était passée par là, obligeant ses frères à se transformer en tornade blanche avec elle pour m'éviter le ménage hebdomadaire.

Puis j'ai découvert toutes ces bougies. Donc oui oui, il y en avait bien 48. 40 dans le carton en forme de K comme Kamaia (ou comme mon véritable prénom) et huit de bric et de broc dans les autres bougies décoratives de la maison. CF3 les a toutes allumées et CF4 m'a aidée à les souffler.

Ensuite le gâteau, fait à 4 mains par CF2 et CF4 qui était une oeuvre d'art en lui-même. CF4 était super fier "d'avoir sauvé la crème patissière" et CF2 super fière de sa pâte d'amande maison pour laquelle elle avait presque vidé la réserve d'amandes de la cuisine.

gateau 1 gateau2

Et donc cette pure tuerie comportait une génoise en trois couches plantée d'amandes et cerclée de pâte d'amande. L'intérieur était composé de couches de génoise, de crème patissière et de morceaux de mangue fraiche (mon fruit préféré de tout l'Univers et au-delà).

Ensuite, j'ai eu plein de cadeaux !

carte anniversaireDe la part de CF4 qui a appris à cette occasion à manipuler le pistolet à colle

oeillets
Les oeillets d'Inde offerts par CF2 qui sait bien que ce sont mes fleurs préférées
(d'ailleurs j'en 4 + 1 oeillet encore en bouton tatoués dans le dos et qui symbolisent mes enfants)

hotel a insectes
Et l'hôtel à insectes que m'a offert CF3 sur la suggestion de sa soeur qui savait que j'avais très envie d'en avoir un.

Voilà une maman comblée !


Etonnamment, je n'ai pas fait de bilan de mon année de façon détaillée, contrairement à mon habitude.
Je sens bizarrement que ce bilan sonnerait faux tant ma vie a changé récemment.

Sans doute parce que la pandémie et le confinement/déconfinement ont eu un tel effet de tornade dans mon quotidien et ont tellement chamboulé les choses que je me retrouve à regarder "ma vie d'avant" avec perplexité.
Et surtout à me demander comment j'ai réussi à tenir le coup.

La fatigue écrasante des trajets, le stress des horaires et de ce rythme de folie qui ont fini par se répercuter sur ma santé en me déclenchant cette maladie auto-immune qui me retire toute énergie, semblent derrière moi et j'espère bien que ça restera ainsi.
Alors à quoi bon les mentionner ? Il me semble que c'était dans une autre vie, une vie où j'avais le sentiment d'âtre en apnée ou dans un tunnel de mineur de fonds (et encore, je ne travaille pas à l'usine !).
Le dérèglement conjoint de ma thyroïde et de mes surrénales lié au rythme de vie et au stress a entrainé en quelques années des séquelles assez lourdes, à commencer par le fait que j'ai pénétré dans cette contrée dangereuse qu'est l'obésité morbide. Eh oui, parce que qui dit stress, dit surmenage des surrénales qui essaient de s'adapter en pédalant dans la semoule.
Ca donne le cortisol et l'adrénaline en pleine rave partie et l'un des effets des stroboscopes hormonaux... c'est la prise de poids. 20 kilos en 10 ans. Youpi !
Et donc, quand par-dessus cela, je fais une poussée d'hypothyroïdie parce que trop de fatigue, ou parce que changement de saison, ou parce que surcharge de boulot, ou parce que dispute avec Iel, bim je prends 5 kilos en 2 semaines sans avoir rien changé à mon alimentation, ni savoir comment enrayer le processus.

Il est plus que temps que je m'occupe de cela.
Mon endocrinologue était du même avis et m'avait d'ailleurs proposé en décembre une hospitalisation destinée à bilanter tout cela et surtout à essayer de trouver des solutions. Elle m'avait clairement dit que j'allais bien rire du programme "reprise du sport" en étant hospitalisée avec des personnes qui ne bougent plus de leur fauteuil (vu que malgé mon quintal, je fais du vélo tous les jours et que je grimpe grimpais pluri-quotidiennement les escaliers du donjon de mon bureau) (même si ça commençait à devenir difficile les jours de grosse chaleur) ou à suivre des cours de cuisine diététique (alors que je mange détox, souvent vegétarien et que je pratique "naturellement" le jeûne intermittent qui est mon rythme physiologique en vacances par exemple) mais qu'elle me proposait cette hospitalisation pour "casser mon rythme de vie" et me donner un mois de répit pour me requinquer. Je devais être hospitalisée fin mars. Autant vous dire que le confinement a totalement envoyé valser ces 4 semaines d'hospitalisation aux calendes grecques.
Cela dit, l'objectif de départ est atteint à 300 %, le confinement à totalement cassé le rythme, dont j'ai du coup pleinement pris conscience.
Il m'est désormais inconcevable de reprendre ma vie et mon rythme d'avant.
Je m'y refuse.

Déjà je reste en télétravail jusqu'à nouvel ordre puisque l'obésité me classe dans les personnes vulnérables au covid-19 (pour une fois que ça me sert à quelque chose, hein...) ce qui est plus que réjouissant. J'organise mon télétravail comme je le souhaite et je me suis aperçue (enfin moi, je le savais déjà, puisque j'ai pratiqué mon métier en freelance il y a longtemps mais la société qui m'emploie s'y refusait énergiquement... jusqu'au confinement où ils n'ont plus eu le choix) que je pouvais accomplir plus de 95 % de mes missions en télétravail. Seules les numérisations avec mon Epson Expression 12000XL pro de compète et tous mes outils calibrés en chaine graphique nécessiteraient que je sois en présentiel.

J'ai dit à ma nouvelle cheffe (qui est tellement plus humaine et géniale que l'ancienne qui m'avait quasi menée au burn out) (y a pas à dire, les collègues qui deviennent chef, c'est de l'or en barre parce qu'elles SAVENT la réalité de ton travail à force de travailler avec toi) que je pourrais revenir pour ces missions-là en horaires décalés. Ca ne me dérange pas d'aller bosser un dimanche ou un samedi si cela me permet de ne pas prendre de risque et de ne croiser personne. Mais pour le moment, il n'y a pas besoin, donc je reste à la maison. Et j'ai bien l'intention de demander officiellement à rester en partie en télétravail une fois que tout cela sera terminé.

Et puis j'étudie également l'éventualité de me passer de 10 ou 20 % de mon salaire mais de demander soit les 2 mercredis par mois où j'ai CF4, soit (soyons fous !) tous mes mercredis : 2 pour CF4 et 2 pour moi.
Il est temps que je prenne du temps pour moi, que je me fasse du bien, que je prenne soin de ma santé.

Mon bilan post-cancer de cette année était très bon côté gastro.
L'Hélicobacter Pylori qu'on m'avait trouvé il y a 2 ans et pour lequel j'ai suivi un traitement de cheval (quadrithérapie,140 cachets en 10 jours qui m'ont rendue malade à crever, j'ai eu TOUS les effets secondaires que mentionnait la notice) semble avoir été éradiqué. Je dois faire un test respiratoire pour être sûr, mais je ne suis pas inquiète car non seulement ils ne l'ont pas trouvé lors de ma dernière endoscopie, mais la gastrite qu'ils me trouvaient tous les ans depuis des années n'est plus là ce qui est un signe que l'HPylori a bien tiré sa révérence puisqu'il provoque des gastrites chroniques qui évoluent immanquablement en cancer dans le temps.
De fait, je suis bien contente de lui avoir latté la tronche.
Le bilan gynéco sans être mauvais (trop) inquiétant a montré pour la première fois un endomètre un peu trop hyperplasique, ce qui a amené mon gynéco à me mettre sous hormones (encore des hormones qui font grossir) pour le calmer parce que "c'est comme ça que ça commence".
"Ca" étant le mot pudique pour dire "cancer de l'endomètre".
On vérifiera en fin d'année comment ça évolue, mais il est possible que je doive me résoudre à suivre les recommandations concernant le HNPCC qui préconisent que "La prévention du cancer passe par la chirurgie chez les patientes n’ayant plus de désir de grossesse : c’est l’hystérectomie avec annexectomie bilatérale (ablation de l’utérus, et du complexe trompes + ovaires). Elle est efficace en cas de mutation comme démontrée par une étude américaine où aucun cancer utérin ou ovarien n’a été noté chez les patientes opérées [oui alors en même temps c'est un peu logique qu'il y ait zéro cancer endomètre/ovaires quand tu n'as plus d'utérus et plus d'ovaires, le medecin qui a dirigé cette étude devait être un descendant de La Palisse] alors que chez les patientes non opérées 33% avaient présenté un cancer utérin et 5% un cancer ovarien."
Mon gynéco m'en avait parlé dès mes 40ans et j'avais toujours réussi à différer mais je ne suis pas sûre qu'il serait prudent de conserver plus longtemps mon "pack repro" vu que toutes les recommandations amènent quand même à conseiller l'ablation après qu'on ait réalisé ses projets de maternité.
Ajouter des kilos de ménopause chirurgicale précoce et brutale à mon obésité déjà morbide ne m'enchante pas du tout mais ça reste une perspective plus attrayante que le cimetière...

Cette année a été une année où j'ai été très entourée et réciproquement par mes ami.e.s.
Dans les moments heureux comme dans les drames. J'ai passé des moments très heureux sous la Tente Rouge, lors de soirées-copines ou bien lors de mon week-end annuel entre copines. Mais j'ai aussi accompagné une de mes soeurs d'âme et maman de mon filleul, à traverser la mort de son mari. La soirée à l'hôpital, la veille qu'on le débranche, où nous l'avons toutes les deux massé à quatre mains est un moment dont je garde un souvenir plein de douceur et de tendresse. En revanche, le lendemain matin, la voir enregistrer sur son téléphone ses fils en train de dire adieu à leur papa pour lui faire écouter avant qu'ils n'arrêtent les machines (il parait qu'en coma artificiel, on entend tout) restera l'un des moments les plus tristes et les plus poignants auxquels j'ai assisté. 
L'amitié est une valeur très importante à mes yeux.
Cela a été aussi une année où j'ai mis fin à une relation dont je n'avais même pas parlé ici parce que l'homme en question (et je ne trouve pas ça très glorieux de ma part) n'était pas assez important pour moi. Deux ans durant lesquels je ne l'ai quasiment pas laissé entrer dans ma vie, il a même ignoré où j'habitais à partir du moment où on a quitté la petite maison pour aller vivre à Kernevez.
Force est de constater que l'amour n'est (plus) une valeur très importante à mes yeux.

J'ai décidé de cesser d'y consacrer de l'énergie et d'espérer croiser un compagnon de vie pour la suite. Parce que finalement, quand tu déclines une invitation à aller passer une nuit coquine chez un gentil garçon pour préférer passer la soirée dans ton fauteuil favori, avec un bouquin et ton chat sur les genoux, c'est que visiblement tu n'es pas/plus prête à faire "ta part" pour faire marcher une relation.

La vérité, c'est que je suis devenue trop égoïste (ou trop chat échaudé plutôt) pour avoir envie d'être accompagnée.
J'ai donc fini par admettre que sans faire partie des WGTOW Women Going Their Own Way (Vous ne connaissez pas ? En fait ça n'existe pas, mais l'inverse existe ==> ici) le célibat était réellement la voie où je peux être moi-même.

Surtout que j'ai deux ex particulièrement gratinés avec lesquels je dois me colleter périodiquement.
Iel fait régulièrement des siennes et je passe ma vie à essayer d'atténuer les conséquences de sa transition sur CF4.
Et en plus, Iel me débine par derrière auprès de CF4 en lui racontant sa version des faits à propos de notre séparation. Je me vois ainsi régulièrement reprocher "d'avoir été méchante avec Papa" et quand je me plains (plaignais) d'être fatiguée, j'entendais ce petit bonhomme haut comme 3 pommes me dire d'un ton peremptoire "Ben t'avais qu'à pas partir, tu serais moins fatiguée" d'une intonation qui m'en rappelle tellement une autre, que je n'ai pas à me perdre en conjectures quant à savoir qui a bien pu le lui souffler.
Dimanche dernier, j'ai dû provoquer une discussion sérieuse avec Iel, que je lui ai demandé d'enregistrer et que j'enregistrais moi aussi (ainsi pas de départ de colère, Iel était obligée de se tenir puisque tout était enregistré... et pas de risque de déformer les propos ultérieurement) et dans laquelle je lui ai clairement parlé de diffamation au sens juridique du terme, de l'impact de ce genre de discours, qui crée des conflits de loyauté chez un enfant de 6 ans, qui aime ses deux parents et de préserver la sérénité de notre petit garçon.
Et j'ai posé très fermement que dorénavant, je ne veux plus de versions romancées de notre séparation et que la seule chose que CF4 a à connaître sur notre séparation c'est "On ne s'aimait plus, on se disputait tout le temps, on s'est séparés."
Quand à ex-CM, fidèle à lui-même et à son côté un-sou-est-un-sou, voire même tes-sous-sont-mes-sous, il m'a envoyé début mai un mail où il m'indiquait qu'il allait déclarer au fisc en pension alimentaire les sommes qu'il verse à CF2 pour son loyer et ses frais de scolarité (sachant que moi aussi je verse -et c'est bien normal- une mensuaité à notre fille et que cette mensualité, bien que moins élevée, représente exactement le même pourcentage de nos revenus respectifs). Si les sommes qu'ils verse à CF2 et dont je n'ai jamais touché un centime, venaient s'ajouter à mon net fiscal, elles auraient des conséquences désastreuses sur mon budget (changement de tranche, perte d'allocations dont j'ai absolument besoin, etc.). Parce que ça lui coûte un pognon de dingue, les études de sa fille et que s'il les déclare en pension alimentaire, ben il économisera 795 euros d'impots, soit la somme faramineuse de 66.25€ par mois pour cette année.
Il n'a pas du tout apprécié quand je lui ai suggéré de trouver une autre niche fiscale que son ex et que je lui ai fait remarquer que quand on avait des enfants, ben on payait leurs études... (c'est le jeu ma pov' Lucette).
S'il persiste dans cette merveilleuse idée je pense que je suivrai le conseil d'une amie-sage et que j'ouvrirai une cagnotte Leetchi très publique pour demander qu'on l'aide généreusement à payer ses impôts.
Et je demanderai la liquidation de notre communauté matrimoniale, qui n'est toujours pas soldée bien que nous soyons divorcés depuis plusieurs années. Il sera obligé de me rendre l'argent dont il m'a spoliée lors de la vente de notre ex-maison et mon avenir financier sera un peu plus éclairci.


Avec tout cela, on peut comprendre pourquoi j'affectionne prioritairement mon chat et mon fauteuil...

 

Posté par KaMaia à 23:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 10 mai 2020

Confinement - The day before the end

Eh oui, demain le confinement prendra fin, peut-être provisoirement, ou peut-être pas.
Je vois sur les réseaux sociaux la plupart de mes amies qui en ont marre et qui attendent le 11 mai comme une véritable libération.
Alors que moi, pas du tout.
Dejà le spectre de la deuxième vague n'est pas qu'une idée de l'esprit, mais il y a surtout l'effet que le confinement a eu sur moi.

Je me sens vraiment en marge de considérer le confinement comme une parenthèse enchantée dans ma vie.
Oui je sais que pour certains c'est terrible surtout ceux qui ont perdu des proches.
Mais pour moi ça n'a été que du positif.

Plus de rythme de vie de cinglé à se lever avant 6h pour partir avant 7h08 dernier délai (même pas 7h10 putain, le matin on est à vraiment 2 minutes près) rentrer à 19h30 dans le meilleur des cas pour enquiller ma 2e journée de maman solo.
Mais là... Le temps s'est comme dilué.

Plus de réveil, plus d'horaires minutés, plus de trajets épuisants, j'organise mon télétravail comme je veux,  Et en plus je vois beaucoup plus mes enfants. CF2 est là depuis le début, CF1 a posé ses quartiers chez moi pour teletravailler après s'être auto-confiné un mois, CF3 est en général 10 jours ici/10 jours chez son père alors qu'habituellement je ne le vois qu'un week-end sur deux vu que son lycée est trop loin pour qu'il vive chez moi. Quand à CF4, c'est le seul pour lequel le rythme de garde alternée n'ait pas été modifié avec l'alternance 1 semaine/1 semaine, mais le rythme des journées a changé du tout au tout.

Il ressemble plus à ça :

jouer dans le jardin


Bref nous faisons partie des rares privilégiés pour qui le confinement a rapproché la famille puisque j'ai mes poussins avec moi grâce au confinement et qui ont retrouvé un rythme de vie plus physiologique.

Je n'ai aucune envie que ça se termine.
Même si je comprends très bien que ça puisse être très pesant pour la plupart des personnes
Je suis ravie du fait que je vais continuer à teletravailler au moins jusqu'à la fin du mois de juin.

Et en plus je fais des économies incroyables : chaque mois j'économise 180 euros de gasoil, 160 euros de périscolaire, 40 euros de cantine, sans oublier mon coupon de train, et comme on dépense moins car les magasins sont fermés, même si j'achète plus à manger vu qu'on est en mode tribu, mon compte épargne va très bien.

Pour moi ce confinement n'aura eu que des avantages, excepté la crainte de tomber malade.

 

 

Posté par KaMaia à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 6 mai 2020

Confinement J#50 - Etabli de bijoutier DIY

sciage Bon coin + vieux bureau Pin + scie sauteuse = établi de bijouterie !

Suite à la confirmation que CF2 ne reprendrait pas les cours de sitôt et suite à mes cogitations sur le sujet et aux prix totalement délirants des établis de bijoutier de base (500 euros pour une planche avec demi-cercle et 4 pieds) j'avais décidé qu'il devait y avoir moyen de lui bricoler un établi Do-It-Yourself.

Le souci, c'est que le confinement ne nous facilitait pas les choses... j'ai d'abord demandé alentours (c'est-à-dire sur le groupe Facebook) de ma commune si une âme charitable aurait une chute de plan de travail en bois massif à nous troquer contre un flacon de gel hydroalcoolique maison (ben oui, il y a 2 ans, j'ai réalisé que le gel hydroalcoolique Puressentiel qui coute un oeil les 25 ml, c'est juste de l'alcool, du gel d'aloe vera et des huiles essentielles, donc depuis, je le fais moi-même) (compétence trèèèèès utile en ces temps de pénurie hydroalcoolique), bref, j'ai bien récupéré deux chutes chez des gens charmants, avec respect de la distanciation, masques et gants mais cela ne convenait pas.

Donc je suis allée voir sur le site qui nous sauve régulièrement la vie - comme l'année dernière lors de cette course matinale surréaliste au manteau- et j'y ai trouvé un bureau, en pin massif, à deux pas de chez nous. Et pour la modique somme de... 40 euros ! 40 euros versus 499,99... y a pas photo !

Alors NON ça n'était pas un déplacement pour des achats de première nécessité, quoiqu'on peut éventuellement considérer cela comme une fourniture scolaire indispensable.
Après tout, Bureau Vallée est resté ouvert en click and collect, hein.
Donc là, pareil, c'était du click and collect.

Donc j'ai ramené la bête à la maison et ensuite, j'ai sorti ma scie sauteuse, un modèle totalement basique acheté chez le Géant Suédois et que j'avais utilisé deux fois depuis qu'on est installés à Kernevez.

scie sauteuse

sciage

CF2 a sorti ses limes de bijoutière et a fait un peu de ponçage...

poncage

Ensuite, on a demandé l'aide de CF3 pour monter le bureau dans la chambre de la demoiselle qui avait tout réagencé pour lui faire de la place. Pile devant la fenêtre, là où c'est le plus lumineux.

etabli fini

CF2 était enchantée ! Du coup dans la foulée, elle s'est ruinée chez Cookson (l'antre de perdition des artisans bijoutiers) et sur notre site préféré de vente de pierres et perles fines

matiere premiere

Et depuis, à l'étage, ça lime, ça scie, ça polit, ça soude, ça fait du bruit !

Cela dit et à l'usage, CF2 est absolument ravie de son établi.
Pas plus tard que cet après-midi, je l'ai entendu discuter successivement avec plusieurs élèves de sa formation qu'elle devait appeler en tant que déléguée de sa classe pour savoir qui reprendrait les cours, qui était à risque et l'organisation de tout cela et je l'ai entendue dire à au moins 3 personnes que chez Cookson, ils faisaient un rabais de 15 % aux étudiants mais qu'il ne fallait surtout pas leur commander des établis vu qu'il y a de super bureaux en massif sur le Bon Coin et qu'il suffit de les découper à la scie sauteuse pour avoir un super établi, et avec des tiroirs en plus :

- Attends, c'est ma mère qui a fait la découpe. Si elle peut le faire, tout le monde peut !

Vu le ton enthousiaste, je vais considérer cette dernière phrase comme un compliment...

Posté par KaMaia à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 17 mars 2020

Confinement = temps disponible... ?

Eh oui, qui dit confinement dit plage de temps disponible pour re-blogger.

Ca ne va pas durer, dès que j'aurai la totalité des accès aux serveurs pour télétravailler, je pense que je vais sans doute de nouveau m'évaporer.
Mais en attendant, j'en profite pour poser quelques images de ce premier jour de confinement.

On a commencé l'Ief (Instruction en Famille) dès lundi avec CF2 et CF4.

CF3 lui reste cantonné dans sa chambre où il se bat avec le serveur (sursaturé) du cned ainsi qu'avec e-lyco qui est le serveur de l'Eduction Nationale au FarWest. Des fois il gagne, des fois il perd. Il aura tout eu le pauvre, la réforme du bac et le coronavirus.
Concernant CF4 qui est en CP, il est rentré vendredi soir avec un programme de travail complet de deux semaines. OK. Puis hier matin (lundi) j'ai reçu un mail de la maitresse qui nous demandait de créer un compte "Ma classe à la maison" sur le site du cned. Finalement le mail de confirmation du compte est arrivé plus de 24h après mais bon c'est accessible maintenant (hourra!). OK. Puis on a commencé à recevoir des mails pluri-quotidiens de la maitresse de CF4 avec des pièces jointes. Ensuite il a fallu s'inscrire sur Lalilo. Puis télécharger l'appli Klassroom pour smartphone. OK. OK. OK.
Si on cumule le tout, je ne suis pas sûre que je vais pouvoir sauvegarder du temps pour mon propre boulot...

Quant à moi, j'ai allumé mon PC portable pour télétravailler. Dès vendredi, sentant venir le confinement général, j'avais sauvegardé sur mon serveur FTP professionnel, sur mon cloud pro, ainsi que sur mon disque dur externe les photos et dossiers dont je pensais avoir besoin pour être opérationnelle en télétravail. Ce qui est amusant, c'est que notre DRH refuse depuis des années toutes les demandes de télétravail et puis finalement, quand les circonstances sont exceptionnelles, ils s'aperçoivent que ça serait pas mal finalement. Moi je vous le dis : s'il s'avère qu'il est possible de télétravailler totalement, je ferai une demande officielle pour 2 jours/semaine une fois que tout cela sera fini.
Bref, on était tous au taquet.

ief confinement

CF2 qui ne voulait pas perdre la main est rentrée vendredi de son école de joaillerie avec son matériel habituel. Comme je lui ai offert une cheville à Noël (parce que vu le prix des établis de bijoutier, il faudrait que je vende mes charmes + mes deux reins pour lui en offrir un modèle de base), elle a pu s'installer pour travailler un peu.

moteur suspendu

Interruption momentanée de l'IeF pour tenir le moteur suspendu (sans matos pour le suspendre) de sa soeur

 

siege

Et après plusieurs essais il s'avère que c'est le tabouret à traire 🐮 de mes grands parents qui est à la bonne hauteur ! J'ai bien fait de le garder...

 

Et voilà le résultat de cette première matinée

resultat

Evidemment elle n'est pas satisfaite parce que ça manque encore un peu de ponçage et de polissage mais moi je suis fan !

 

Et donc au terme de ces deux premières journées d'Instruction en Famille, je sais pourquoi je n'ai pas fait professeur des écoles comme métier.

J'admire et je me prosterne devant ces héros/héroïnes du quotidien qui font la classe à 30 élèves (et pourtant CF4 est facile et il comprend vite). Respect infini !
🙏🙏🙏🙏🙏

 

Et CF1 ?
Et bien lui c'est particulier, en fait il a repris le travail ce lundi après 6 semaines d'arrêt pour cause de clavicule cassée lors d'un accident de travail (en clair il est tombé de vélo sur son lieu de travail).

clavicule
Il ne s'était pas loupé ! Et comme aux urgences de sa ville, ils ont bossé n'importe comment, il a fait 3 semaines de contention en atelle et la radio après 3 semaines était parfaitement identique au jour de l'accident. Le chirurgien ortho lui a donc prescrit des anneaux claviculaires pour 3 nouvelles semaines et ça semble avoir été plus efficace.

C'était un peu le flou pour lui car il travaille pour une société prestataire. Donc les "vrais" salariés, eux, étaient confinés et en chômage partiel ou technique mais les prestataires, eux, devaient aller bosser jusqu'à plus complètes instructions.
Ca n'était pas problématique pour lui car il commençait à tourner comme un lion en cage au terme de ces 6 semaines d'immobilisation.
Sauf que la sécurité et les gestes barrière n'étaient absolument pas respectés. Et ça, c'était super inquiétant.
Heureusement sa clavicule, visiblement encore trop fragile, s'est mise à se rappeler douloureusement à son attention et il est de nouveau en arrêt.

 

Posté par KaMaia à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 31 août 2019

La belle endormie...*

machine sur table

Ma récente visite chez ma grand-mère a été l'occasion qu'elle me fasse une avance sur héritage pourrait-on dire.
Je lui avais dit il y a plusieurs années que je ne voulais pas forcément de ses quelques bijoux et qu'elle les transmette à ma soeur. En revanche la machine à coudre de sa propre mère, oui, ça m'aurait fait plaisir de l'avoir.

Cette visite a été l'occation de l'extirper de la cave où elle se trouvait stockée et de la ramener à la lumière du jour.

Elle a été achetée dans les années trente, à crédit, et c'est ma grand-mère, fillette à l'époque qui apportait les sous au magasin tous les mois.

machine


Si la table n'a pas trop souffert, la machine est très très rouillée et cette poudre ne me dit rien qui vaille (présence de vers ?) mais j'ai peut-être trouvé quelqu'un pour la restaurer. Et on trouve encore des courroies de rechange sur internet !

 

--------
* Le titre est une allusion à la Cité des Ducs de Bretagne.
Ainsi appelait-on la ville de Nantes dans les années 70 et 80 après la fermeture et le déplacement des Chantiers Navals nantais vers St Nazaire. Ce poumon économique et actif de la ville n'étant plus, celle-ci s'endormit économiquement parlant jusqu'au jour où l'ancien maire décida de la réveiller en en faisant, notamment, une destination touristique. Pari gagné depuis plusieurs années, Nantes est devenue une destination touristique prisée et se trouve aujourd'hui dans le top ten des villes où il fait bon vivre.

 

Posté par KaMaia à 14:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 28 août 2019

Retour aux sources

vercors et chartreuse

Le week-end dernier, je suis revenue à ma source... en Dauphiné.

Mes pas (ou plutôt mes roues) ne m'y avaient pas menée depuis 2011, bien trop longtemps !

Tout est parti d'un message reçu via messenger d'une amie chère qui fût d'abord une copinaute avant de devenir une vraie personne précieuse à mon coeur, de celles avec qui on peut rester des mois sans se parler parce que le temps file et la vie court trop vite surtout quand on a toutes les deux une grande famille et un travail prenant, mais avec qui le fil n'est jamais rompu et la conversation non plus : on la reprend juste là où on l'avait laissée la fois d'avant.
Ce message disait donc que si par hasard j'étais dans le coin (Haha ! c'est pas comme si je ne vivais pas à 1000 km), j'étais la bienvenue samedi 24 au soir pour une fête de fin d'été dans le jardin.

Mon coeur me disait vas-y ! Mon cerveau me disait trop loin.
J'ai écouté mon coeur, posé deux jours de récup car c'était l'occasion d'en profiter aussi pour aller voir ma grand-mère et sa soeur qui y vivent toujours mais ne bougent plus trop de chez elles depuis qu'elles avancent vraiment en âge.
Finalement quand j'ai annoncé que je partais en Dauphiné, CF1 m'a dit qu'il m'accompagnerait volontiers parce que lui aussi voulait revoir les Mamies.

Et c'est comme ça qu'on est partis, en road-trip mère/fils pour traverser la France en diagonale.

Cette sensation de retour au bercail est indescriptible mais c'est simplement la sensation de rentrer chez soi quelque soit la durée de l'absence.
Quand la voiture approche du passage entre les deux montagnes, de loin, on pourrait croire que le défilé entre Chartreuse et Vercors est un étroit goulet, mais non en fait. On approche et la route se déroule devant et l'étroit défilé se transforme en plaine alluviale millénaire formée par le glacier ancien.

Revenir ici me fera toujours le même effet. Cet instant magique où enfin, malgré le fait que je sois bien consciente que je ne pourrais plus en supporter les étés caniculaire, je me retrouve chez moi, à l'abri du cocon montagneux, dans la cuvette grenobloise et de me réfugier dans les souvenirs de toute petite enfance.

Je suis d'ici, incontestablement.
J'appartiens à ces montagnes tout autant que je sens qu'elles sont à moi.

 

Posté par KaMaia à 22:29 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 21 août 2019

Comme une odeur de rentrée des classes

cartable

Eh oui, y a comme une odeur de rentrée des classes par ici...

Le cartable de CF4 est acheté depuis la mi-juillet vu que j'ai fait l'erreur d'aller faire les courses avec lui au moment où le magasin du FarWest a installé le rayon rentrée des classes.
Il est donc officiellement fin prêt pour aller au CP vu que ledit cartable a des roulettes qui clignotent et que bon, c'est quand même essentiel, d'avoir des roulettes qui clignotent sur son cartable.


CF3 n'a, parait-il, besoin de rien. Je prédis un a
ffolage généralisé pour le samedi de la rentrée... on verra bien, c'est pas moi qui vais gérer mais son père (vu que ce sera une semaine paire et que chez nous c'est "week-end pair chez le père" haha ! 😁)

Pour CF2, j'ai commandé avec elle sur indications fournies par sa formation sa mallette d'outils de joaillerie qui sera livrée directement à l'école (Et hop ! Un ticket de 500 €). Mais pour ce qui concerne la liste de fourniture avec t'huit mille références de crayons dans l'éventail du 5H au 18B, autres papiers aux grammages bizarroïdes et autres références de gouaches, on n'a encore rien acheté vu que je voulais faire le maximum dans des enseignes type Bureau Vallée et le spécifique en magasin de beaux-arts rapport à ma carte bancaire qui va se retrouver en réanimation mais elle n'était pas décidée et voulait se fournir au magasin de beaux-arts exclusivement.
Le temps qu'on tranche cette épineuse question, il était temps qu'elle parte chez son père pour la 2e moitié des vacances, donc on verra ça à son retour.


Quand à CF1.... pas de fournitures cette année. OMG ! Mon bébé entre dans la vie active !

 

Posté par KaMaia à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 14 août 2019

Instantanés

J'aime vraiment bien l'application "Affichez vos souvenirs" de Facebook, d'abord parce que j'en profite pour désherber et supprimer de vieux statuts devenus inintéressants ce qui allège d'autant les archives de mon mur, mais parce que parfois l'application remonte des petites pépites comme aujourd'hui cette photo :

 

avec kaou

CF3 (dans sa période édentée) et moi le 14 août 2010, à la plage.

Il ne faisait pas super beau, il y avait du vent et clairement il était gelé mon petit bonhomme. Je me souviens l'avoir enveloppé de mes bras et du drap de bain pour le frictionner et le réchauffer.

 

Ca m'a rappelé que j'ai fait en juillet de cette année quasiment la même photo avec CF4 :

avec anton

CF4 qui est lui aussi dans sa période édentée.

Ca me permet de constater de visu le temps qui passe sur moi.
Pas trop de ravages question rides (ça va viendre, sans doute), mais question kilos et cheveux blancs j'ai pris mon lot.

N'empêche, j'adore ces deux photos, instantanés "clic-clac" de moments de bonheur à cueillir et garder précieusement pour plus tard.

 

Posté par KaMaia à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 11 août 2019

Ma MAC est morte, vive ma MAC !

machine a coudre(Eh oui parfois je zappe l'étape surfilage)

Fin juillet, alors que j'avais dans la foulée cousu une robe pour moi,  une pour CF2 et que je me dépêchais de finir celle que j'avais promis à la meilleure amie de ma fille, ma fidèle machine à coudre a fait un drôle de bruit sur une bête couture plate.
Ensuite l'aiguille a ralenti ++ son mouvement et a pris le rythme d'un escargot arthritique qui n'augurait rien de bon.
Il y avait déjà eu quelques signes d'alerte, des fils cassés, des points mal réussis, j'avais fait moi-même un nettoyage et graissage d'entretien qui avaient un peu amélioré les choses mais je la trouvais également plus lente, bref, je ne m'étais pas rendu compte qu'elle était sans doute en fin de vie après 20 ans de bons et loyaux services.

Après dix minutes d'efforts et de nettoyage, j'ai jeté l'éponge et terminé la robe à la surjeteuse. Puis quelques jours plus tard quand j'ai été plus au calme j'ai démonté ma machine à coudre pour finalement réaliser que le problème se situait dans une partie du moteur non accessible pour moi.
Renseignements pris, la faire évaluer coûtait déjà 80 euros sans certitude qu'elle puisse être réparée et la réparation aurait coûté la moitié de son prix d'achat... c'est-à-dire le prix d'une machine mécanique basique neuve.

J'y ai vu un signe de l'Univers qui devait sûrement avoir décidé qu'il était temps que j'aie une nouvelle machine à coudre.
Le problème étant que l'Univers décide toujours ce genre de choses quand j'ai autre chose à faire de mes finances, par exemple assurer les premiers frais de l'inscription de CF2 en école de joaillerie (2000 € rien que ce mois-ci, youpi !).

Me passer de machine à coudre étant inenvisageable, j'ai aussi renoncé à acheter une machine premier prix. D'une part parce que bien que n'étant pas une grande couturière, je veux pouvoir coudre 4 épaisseurs de toile sans péter une aiguille tous les dix points et d'autre part parce que je suis du genre à conserver mes affaires longtemps. Cette machine par exemple, je l'avais achetée quand j'étais enceinte de CF2 et j'ai ignoré superbement les sirènes de la modernité quand j'entendais parler de nouveaux modèles sur les groupes ou blogs de couture.
Donc quitte à me racheter une machine qui me ferait 20 ans - donc en gros la dernière machine de ma vie, je suppose- autant acheter un modèle pas trop mauvais et avec quelques options intéressantes.

N'ayant pas les moyens pour une Pfaff, une Singer un peu perfectionnée ou une Bernina en ces temps d'inscriptions scolaires onéreuses, j'ai pris la Brother la plus perfectionnée des deux que j'avais repérées et qui, par chance, était en promotion.
Je me disais que de toutes façons elle serait 10 fois mieux que ma vieille Toyota et j'avais raison.

J'ai passé l'après midi à l'apprivoiser et elle est top !
Super rapide, super silencieuse, enfilage automatique (quand on devient presbyte ben c'est pas du tout un gadget !) et ô joie, les boutonnières automatiques (oui parce que moi je les faisais à l'ancienne les boutonnières, en point zig-zag en tournant le tissu, avec des épingles pour me repérer, comme ma mère m'avait appris) et là le truc qui se fait tout seul c'est carrément surréaliste. A moi les chemisiers !
Elle était vendue avec la table d'extension pour Quilting et Patchwork incluse et bien que je ne pratique pas ces loisirs, c'est très bien aussi ce truc-là.

Je n'ai cousu que 4h mais je me demande déjà comment j'ai fait pour m'en passer avant.

veste lin

Petite veste longue en lin pour me faire la main



Bref je suis contente !

 

Posté par KaMaia à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,